L’escalier est un élément d’architecture permettant de franchir une différence de niveau : des escaliers d’accès aux étages d’un immeuble aux quelques marches d’un jardin. Cet élément est fortement structurant au sein d’une maison, ou d’un jardin ; il mérite donc une attention toute particulière, aussi bien dans son tracé que dans son esthétique, et dans le choix des matériaux.

  Escalier interieur pierre lens  Escalier exterieur pierre estaillade

 

 

 

 

 

 

 

L’escalier peut être construit en différents matériaux : béton, métal, pierre, bois, plâtre…  En ce qui nous concerne, il faut différencier l’escalier en pierre massive et l’escalier revêtu de pierre ou de marbre.

L’escalier en pierre massive est, comme son nom l’indique, constitué de marches (ou degrés) entièrement en pierre de taille.

Le revêtement en pierre (ou marbre) consiste à habiller une structure existante (paillasse en béton, structure métallique, maçonnerie de plâtre…) avec des éléments minces en pierre. Plusieurs corps de métiers travaillent alors ensemble. Le revêtement sert aussi bien à habiller un escalier neuf qu’à rénover un escalier ancien.

Escalier en béton avant rénovationEscalier après rénovation

 La complexité d’un escalier est très variable, depuis la simple volée droite à l’escalier à quarts tournants sur voûte sarrasine.

Pour éclairer les principaux points techniques, il faut tout d’abord définir les principaux termes :

La question première qui se pose lorsque l’on construit un escalier est la dimension des marches : profondeur du giron et hauteur de la marche.

La règle de l’art est constituée par l’équation de Blondel (du nom de  L'architecte Nicolas-François Blondel, 1618-1686) :

60 cm < 2 x Hauteur de la marche + Giron < 64 cm

Dans la pratique, la hauteur des marches varie de 13 à 19 cm et le giron de 22 à 36 cm.

La seconde question est celle du « balancement » de l’escalier. Lorsqu’un escalier tourne, afin que la ligne de foulée reste agréable à parcourir, il faut calculer l’orientation des nez de marche (les extrémités des marches ont des largeurs différentes). Plusieurs méthodes de calcul existent et sont détaillées dans un article à part :

Lorsque les dimensions de l’escalier sont définies, il faut prendre en compte les critères esthétiques : Choix de la pierre et de sa finitionforme de la première marche, nez de marcheplinthes, main courante, éclairage de l’escalier, finitions antidérapantes, bande de rive.

Parmi les différents types d’escalier, l’escalier sur voûte sarrasine mérite une attention particulière, aussi bien par ses particularités techniques que par son esthétique :

Enfin, je ne peux m’empêcher de parler de l’influence de l’escalier sur la santé ! Selon Wikipédia, de nombreux scientifiques se sont penchés sur le lien entre l’escalier et la santé : « Plusieurs études scientifiques concluent aux bénéfices sur la santé de l'usage d'escaliers. Une étude conclut ainsi que la montée et la descente de deux étages par jour, cinq jours par semaine, peut suffire à entraîner une perte de poids de plus de 2 kg par an. Pour six étages, la perte de poids peut dépasser 5 kg (Brownell, Stunkard et Albaum 1980). Une autre étude conclurait à une réduction significative du risque de mortalité (Paffenberger et al, 1993).

Selon certaines études, l'usage de l'escalier serait également bénéfique contre l’ostéoporose (Coupland et al, 1999) et le niveau de « bon cholestérol » dans le sang (Wallace et Neill, 2000) ». Je laisse bien entendu à ces différents scientifiques la responsabilité de leurs hypothèses.